Le samedi 24 mars 2018, la deuxième Journée Mondiale pour la Fin de la Pêche (JMFP) était l’occasion de revendiquer l’abolition de la pêche et des élevages aquacoles. Manifestations, conférences et expositions étaient organisées dans le monde entier.

La campagne internationale « Qui sont les poissons ? » vise à sensibiliser le public au sort de ces animaux, à dénoncer l’exploitation que constituent la pêche et les élevages aquacoles et à nourrir le débat politique sur le spécisme.

Une soixantaine d’associations dans le monde participaient dès cette première année à cette campagne et réclamaient un monde plus juste pour ces animaux.

Des dizaines de militants se sont couchés sur le sol sous un énorme filet afin de symboliser le carnage injustifiable de 1000 à 3000 milliards d’animaux aquatiques chaque année. D’autres activistes montraient à l’aide de banderoles et de panneaux le sort de ces animaux.

Les animaux aquatiques nous restent totalement méconnus.

Qui sait que les poissons font preuve d’altruisme ? Que certains chantent, d’autres utilisent des outils ? Que leurs réseaux sociaux peuvent être extrêmement complexes, qu’ils entretiennent souvent des liens d’amitié et de coopération, y compris parfois avec des individus d’autres espèces ? De même, qui sait que les homards peuvent vivre plus d’un siècle ? Que les crabes font preuve de stratégie ? Que des poulpes s’évadent des aquariums scientifiques où ils sont retenus et résolvent d’autres problèmes compliqués ?

Nous nous intéressons bien peu à ce qu’ils vivent, à leurs joies et peines, et ne ressentons guère d’empathie à leur égard. Ils en ont pourtant bien besoin !

Les poissons et les autres animaux aquatiques sentients sont les principales victimes du spécisme et de l’exploitation animale pour la nourriture.

Chaque année, 1000 à 3000 milliards de poissons sont tués pour notre alimentation – et au moins autant de crustacés (homards, crabes, crevettes…), ainsi que des centaines de milliards de céphalopodes (pieuvres, calamars, seiches…).

Ces animaux meurent dans des souffrances inouïes ; asphyxiés, écrasés, démembrés ou éviscérés vifs ; ils agonisent aussi une fois leurs organes explosés par la décompression, lorsqu’on les remonte des profondeurs…

Les élevages aquacoles agglutinent et entassent des centaines de milliards de poissons et plus encore de crustacés dans des conditions effroyables.

Nous faisons vivre une vie de misère à ces animaux et nous les tuons froidement.

Parce qu’ils nous ressemblent peu, leur vie et leurs intérêts sont largement négligés et nous restons aveugles face à leur souffrance.

Pourtant, les découvertes scientifiques montrent que les poissons, les céphalopodes et les crustacés sont des animaux sentients : ils sont capables de ressentir la douleur, la peur, la tristesse. Ce sont des individus à part entière.

Il est temps de prendre au sérieux leur sensibilité et d’interdire leur exploitation : celle-ci est à l’origine d’un carnage injustifiable.

De plus amples informations sur la campagne: www.end-of-fishing.org

« Parce que les poissons et les animaux invertébrés aquatiques sensibles ne sont jamais pris en compte en tant qu’individus,

Parce qu’ils ne sont absolument pas protégés,

Parce qu’ils constituent la quasi-totalité des animaux qui sont élevés ou capturés, puis tués pour servir de nourriture pour les humains ou leurs animaux d’élevage,

Parce qu’ils restent les grands inconnus du public et les grands oubliés des campagnes en faveur des droits des animaux,

la Journée Mondiale pour la Fin de la Pêche concerne les poissons, les crustacés et les céphalopodes et demande l’abolition de leur pêche ainsi que la fermeture des élevages aquacoles. »

Clicquez ici pour des informations sur notre campagne pêcher, ô péché.

 

Reste informé.e de nos dernières actions


Nom
Adresse email