C’est par un temps radieux que 600 militants se sont réunis le dimanche 11 juin à Bruxelles à l’occasion de la Marche pour la Fermeture des Abattoirs. Evénement de protestation international, la Marche est organisée dans une trentaine de villes partout dans le monde.

Cette marche vise à dénoncer les atrocités que subissent quotidiennement les animaux, notamment dans les élevages, les abattoirs et sur les bateaux de pêche. Elle symbolise aussi l’espoir d’une prise de conscience collective qui nous mènera vers un monde où les êtres humains n’exploiteront plus les animaux et les traiteront comme des cohabitants de notre planète.

“Nous revendiquons l’abolition de l’élevage, de la pêche et des abattoirs parce que la production de viande implique de tuer les animaux que l’on mange. Parce que la consommation de produits d’origine animale n’est pas une nécessité et parce que les animaux sensibles ne devraient pas être maltraités ni tués sans nécessité. Évoluons ensemble vers la fin de l’exploitation animale et mettons un terme à cette violence inutile envers des êtres sensibles.”, déclare Benjamin Loison, porte-parole de l’association Bite Back qui organise la marche à Bruxelles.

Relevance par les images de l’abattoir de Tielt

Les images de ce qui s’est passé il y a quelques mois dans l’abattoir controversé de Tielt (avec une capacité d’abattage de 1 500 000 animaux par an) restent ancrées dans notre mémoire.

Ces images horribles montrent des cochons infirmes qui sont frappés, tirés par les oreilles … Certains cochons reçoivent des électrochocs, ils sont vidés de leur sang en toute conscience, ils sont ébouillantés vifs. L’investigation de l’organisation pour les droits des animaux Animal Rights nous montrait ce qui se passait à Tielt pendant un mois.

Bite Back est convaincu que ce ne sont pas des exceptions. Tielt n’est malheureusement pas un cas isolé. Il n’existe pas d’abattage humain. C’est ce qui arrive quand on tue des millions d’animaux par an dans un abattoir.

Dans l’abattoir de Oevel (Westerlo), où Bite Back a mené une action le 8 avril dernier, 2 000 000 cochons sont abattus chaque année. Personne n’a besoin de ces abattoirs gigantesques, et surtout pas les cochons qui sont des animaux sensibles, sociaux et intelligents.

La face cachée de la viande, du lait et des œufs

Viande, œufs et lait confondus, le nombre d’animaux terrestres tués pour la consommation s’élève à plus de 63 milliards chaque année dans le monde. On évalue entre 1 000 et 3 000 milliards le nombre de poissons pêchés par an et à plus de 80 milliards le nombre de poissons d’élevages abattus.

Les conditions d’élevage, de transport, d’abattage et de pêche sont généralement ignobles.

L’élevage — intensif dans la grande majorité des cas — implique mutilations, privation de liberté, promiscuité, morts prématurées ; transports sur de longues distances quelles que soient les conditions climatiques ; mises à mort à la chaîne, avec ou sans étourdissement, mais toujours dans la terreur ; longue agonie des poissons, piégés dans des filets, transpercés par un hameçon, suffocant sur le pont d’un navire ou écorchés à vif.

Ne pas maltraiter et tuer sans nécessité ?

« On ne doit pas maltraiter ou tuer des animaux sans nécessité » : partout dans le monde, ce précepte fait partie de la morale commune.

Pourtant, notre société maltraite et tue les animaux. Elle le fait sans nécessité puisque l’on peut vivre sans tuer. Les produits d’origine animale ne sont pas nécessaires à notre santé : la plus grande association de nutritionnistes au monde, l’Académie de Nutrition et de Diététique (AND – 100 000 professionnels de santé), établit par exemple que les régimes végétariens (y compris végétaliens) menés de façon appropriée sont bons pour la santé, adéquats sur le plan nutritionnel et bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. En Belgique et dans plusieurs pays du monde, le nombre de végétariens et de véganes ne cesse de grandir.

Dans les médias

Les chaînes de télévision VTM et BX1 ont réalisé un reportage sur l’événement, et notre message a également atteint des dizaines de milliers de personnes grâce aux articles écrits sur les sites de De Morgen, Knack, Het Nieuwsblad, RTBF, La Libre, et RTL.

Nous tenons à remercier chaleureusement toutes les personnes présentes, les sponsors, les membres et les sympathisants pour leur soutien ! Vous avez fait de cette troisième édition bruxelloise de la Marche un succès, et vous nous permettez de poursuivre notre lutte pour un monde juste envers les animaux !

Wereldfeest 2017

Reste informé.e de nos dernières actions


Nom
Adresse email