Zoochose, la souffrance mentale des animaux


Cette campagne a été rendue possible grâce à FAMOUSGREY.

Quand on évoque la souffrance des animaux, on pense avant tout aux coups, aux blessures, à la privation de nourriture,…. Mais un animal peut aussi souffrir mentalement. Et comme chez l’homme, cette souffrance psychologique est moins visible ou moins évidente.

Souvent, les animaux en captivité présentent de graves troubles mentaux qui ne sont pas ou peu observés dans la nature.
Ces troubles se rencontrent aussi bien chez des animaux capturés dans la nature que chez ceux nés en captivité. En 1992, Bill Travers a introduit le terme “zoochose” pour décrire le comportement obsessionnel et répétitif de ces animaux.

Les comportements anormaux vont des comportements répétitifs tels que se balancer continuellement, se lécher excessivement, aller et venir sans arrêt en marchant, à des comportements qui leur nuisent physiquement comme le fait de vomir, de mordre les barreaux de leur cage voire même, de s’auto-mutiler.
De nombreux animaux en captivité présentent également des symptômes de grave dépression.
Ces comportements stéréotypés sont une manière de gérer le stress, l’anxiété, la frustration et l’ennui ou découlent de conflits comportementaux internes (par exemple lorsqu’un animal veut manger mais a aussi peur de la personne qui le soigne). Les chercheurs ne savent pas encore s’il s’agit là d’un mécanisme d’adaptation ou d’un trouble cérébral.

Que peux-tu faire ?

Vivre en captivité vs. vivre en liberté

Bien que les conditions de vie des animaux dans les zoos se soient améliorées par rapport au passé, elles restent loin d’être parfaites et ne sont en tous les cas pas comparables à une vie dans la nature. La liberté de mouvement des animaux captifs n’est rien comparée aux kilomètres qu’ils parcourent dans leur habitat naturel. L‘ours polaire Gus a ainsi vécu dans un zoo américain sur un terrain qui ne représentait que 0,00009 % de la taille de son habitat naturel.
Dans la nature, les animaux doivent chercher de la nourriture ou chasser, élèvent leurs petits et ont une réelle vie sociale et émotionnelle. En captivité, ils n’ont aucune liberté, sont souvent séparés de leur famille et ne sont exposés qu’à peu de stimuli, et ce sont toujours les mêmes.

La zoochose ne s’observe pas uniquement chez les animaux enfermés dans un zoo. Ceux retenus dans un cirque ont également une liberté de mouvement limitée, vivent souvent sur du béton et subissent le stress des numéros de cirque.
La zoochose se rencontre aussi régulièrement chez les mammifères marins en captivité.
Dans les delphinariums, par exemple, il arrive souvent que les animaux nagent en rond, établissent un ordre hiérarchique entre eux, grincent des dents, vomissent ou restent immobiles à la surface de l’eau.

Pour des divertissements sans animaux

Nous devons nous poser la question : cela vaut-il la peine de prendre des mesures pour réduire le stress des animaux dans les zoos ou les cirques ?
Car moins de stress, c’est encore du stress et cela signifie que ces animaux ne vivent toujours pas dans des conditions optimales. Certains zoos fournissent des jouets ou d’autres aliments aux animaux, mais cela n’élimine pas le problème.
Une “solution” – souvent choisie car relativement bon marché – est d’administrer des tranquillisants ou des antipsychotiques.
Bite Back ne veut plus voir d’animaux en captivité. Les animaux ne sont pas là pour nous divertir, même si, aujourd’hui, c’est encore une idée  socialement acceptée.
C’est pourquoi nous travaillons sur cette question dans le cadre de notre campagne “Pour un divertissement sans animaux”.

En 1993, Bill Travers a établi “The Zoochotic Report”, pour lequel il a visité plus de 100 zoos et examiné le comportement des animaux qui y étaient détenus. Il a déclaré à ce sujet : “Dans chaque zoo que j’ai visité… j’ai été témoin de l’un ou l’autre comportement anormal”. Le film ci-dessous en illustre quelques-uns :

En 2014, Nanna Paskesen réalisa aussi un documentaire sur la zoochose :

 

SOURCES (dernière mise à jour le 01.10.2018)

www.onegreenplanet.org/news/zoochosis-what-really-happens-to-animals-in-captivity-video/

aspergerhuman.wordpress.com/tag/zoochosis-asd/

www.dailymail.co.uk/debate/article-2388943/Look-eyes-caged-tiger-zombie-victim-zoochosis-A-passionate-plea-conservationist-breeds-big-cats-return-wild.html

www.worldatlas.com/articles/what-is-zoochosis.html

www.care2.com/causes/zoochosis-the-disturbing-thing-that-happens-to-animals-in-captivity.html

www.onegreenplanet.org/animalsandnature/zoochosis-and-the-many-ways-we-have-failed-zoo-animals/

www.thedodo.com/the-cute-zoo-animal-behaviors–601643824.html

www.wildlife.org.nz/zoocheck/zoochotic.htm

www.slate.com/blogs/wild_things/2014/06/20/animal_madness_zoochosis_stereotypic_behavior_and_problems_with_zoos.html?wpisrc=burger_bar&via=gdpr-consent

returntonow.net/2016/06/02/zoochosis-happens-wild-animals-captivity/

www.youtube.com/watch?v=YuZFzTpcbfY

www.youtube.com/watch?v=jDQJ62Krdcg

lakesstudentmedia.com/2376/features/changes-for-seaworld-exploring-zoochosis-in-animals

www.onegreenplanet.org/animalsandnature/why-whales-and-dolphins-do-not-belong-in-tanks/

Hoi, ik pop-up voor de dieren. Help jij ons de dieren helpen?

Bite Back zet zich al vele jaren in voor alle dieren. Met krachtige campagnes, onderzoek en informatie inspireren we elk jaar vele mensen om ethische keuzes te maken vóór de dieren. Wij zijn echter volledig afhankelijk van donaties en lidgelden. Om onze doelen te bereiken hebben we dus jouw hulp nodig.

 

Ja, ik help mee de dieren te bevrijden

Nee, bedankt (ik ben al donateur/lid)